Les vins parfumés de Madame de Sévigné (recettes)


Notre blog a changé d’adresse, cliquez ici pour  le visiter.
Vous y trouverez de nouveaux articles et nouvelles rubriques

 

Voici quelques recettes retranscrites dans le texte … Le phrasé du 17ième
Le Glossaire du vocabulaire culinaire et de mesure de cette époque est ici:  http://wp.me/p24Nfi-3g

Vin Brûlé

Prenez une pinte de vin de bourgogne, mettez-la dans un pot à découvert, avec une livre de sucre, deux feuilles de macis (écorce désignant, au XVII ieme siècle, la feuille entourant la noix de muscade), un peu de poivre long, douze clous de girofle, une branche de romarin, deux feuilles de laurier.
Ensuite mettez votre pot devant le feu de charbons allumés; tout autour du pot; mettez le feu à votre vin avec du papier allumé, et laissez brûler jusqu’à ce qu’il s’éteigne de lui-même. On boit ce vin tout chaud, et il est admirable, particulièrement dans un grand froid.

Le vin des Dieux

Prenez deux gros citrons pelés, et les coupez par tranches, avec deux pommes de reinettes aussi pelées et coupées par tranches, mettez le tout tremper dans un pot, avec trois quarterons de sucre en poudre, une chopine de vin de bourgogne, six clous de girofle et un peu d’eau de fleur d’oranger. Couvrez le vaisseau, et laissez le tout tremper deux ou trois heures, puis passez la liqueur par la chauffe, et vous la pouvez ambrer et musquer comme l’hypocras (L’hypocras est une ancienne boisson à base de vin sucré et aromatisé/épicé. C’est une boisson connue dans toute l’Europe médiévale… trouvez sa recette à cette adresse : http://wp.me/p24Nfi-30).

donner de la liqueur et une odeur agréable au vin

Prenez une vingtaine de bayes de myrte, mûres, concassez-les après les avoir fait sécher, et les mettez dans un nouet (pièce de linge nouée dans laquelle on dispose des ingrédients comme les épices, les légumes etc…, qui ne doivent pas se dissoudre dans la préparation mais simplement la parfumer), et vous les suspendrez au milieu d’un tonneau de demi-muid, bouchez bien le tonneau, et quinze jours après retirez le nouet, et vous aurez un vin fort agréable.

Pour rendre le vin d’un goût très agréable

Prenez du moût une chaudronnée, faites-la bouillir et évaporer presque en consistance de miel; et alors vous mettrez parmi une once de clou de girofle, et autant d’iris de Florence coupée en morceaux Vous mettrez le tout dans un linge que vous introduirez dans le tonneau par la bonde, ayant auparavant tiré du vin pour que le linge ne touche pas au vin Ce linge étant suspendu par une petite corde qui sortira au-dehors du tonneau, vous le boucherez du bondon, et il dégouttera dans le vin une liqueur qui lui donnera un goût très-agréable.

Anecdote :

Sobres loin d’ici, buveurs d’eau bouillie Si vous venez, vous nous ferez faire folie. (Scarron, extrait de « chanson a boire »)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s